samedi 16 février 2013

Un poème : "Malgré la nuit" (Jean de la Croix)



Jean de la CROIX
(1542-1591) 



Buste du poète dans le Carmen de los Mártires
(Grenade, Espagne)

Malgré la nuit
(Aunque es de noche)


A chaque fois que je suis à Grenade, je ne manque jamais un rendez-vous, celui avec Jean de la Croix, dans l’ancien couvent des carmes déchaux qu’il a fondé en 1582 sur la colline de l’Alhambra, et qui maintenant est un magnifique jardin romantique appelé Carmen de los Mártires. Toutefois, comme il arrive souvent pour les personnes que nous aimons particulièrement, je retarde le plaisir des retrouvailles pour mieux faire durer celui de les désirer. C’est donc un mois et demi après mon arrivée que je décide, par une magnifique après-midi ensoleillée, de monter le rejoindre.
Le Carmen n’ouvre que vers 16h. J’en profite pour traîner sur la terrasse de l’Alhambra Palace en sirotant un thé, et m’émerveiller une fois de plus - mais jamais assez – devant le spectacle de la Sierra Nevada derrière le Barranco del Abogado.



C’est l’heure.

Quand j’arrive près du cèdre où Jean de la Croix aimait se reposer et méditer, la première chose que je fais est m’asseoir, adossée au cèdre, puis écouter le bruit de l’eau venant de la petite source voisine. Je pense bien sûr à l’un de ses poèmes, un de mes préférés, intitulé Aunque es de noche (Malgré la nuit). Alors, tout bas, je le récite, prenant soin de mêler le son de l’eau à celui de ma voix. Le poète sourit, il trouve plaisant cet hommage que je lui rends. Il ne s’offusque pas de mon léger accent français, il s’en amuse plutôt. D’ailleurs, je l’entends, son rire se confond avec le clapotement de l’eau qui coule et la brise très légère qui agite les feuilles du cèdre.

Il y aurait tant de choses à dire sur cet homme que j’admire et que j’aurais aimé rencontrer. Mais ce n’est pas le but de cette chronique. Je voudrais seulement vous offrir le poème que j’ai récité en lui adjoignant ma traduction.

¡Qué bien sé yo la fuente                                             Je connais bien la fontaine
que mana y corre!                                                         Qui jaillit et coule !
aunque es de noche.                                                     Malgré la nuit.
 
Aquella eterna fuente está escondida                      Cette fontaine d’éternité est cachée,
¡Que bien sé yo do tiene su manida !                        Je sais bien où elle se retire !
aunque es de noche.                                                     Malgré la nuit.
                 
Su origen no lo sé pues no le tiene                            Son origine ? Je ne la connais point car elle n’en a pas
mas sé que todo origen della viene                           Mais je sais que tout vient d’elle
aunque es de noche.                                                     Malgré la nuit.

Sé que no puede ser cosa tan bella                            Je sais qu’il n’y a rien de plus beau,
y que cielos y tierra beben della                                 Et que les cieux et la terre s’y abreuvent
aunque es de noche.                                                     Malgré la nuit.

Bien sé que suelo en ella no se halla                        Je sais aussi qu’on ne touche pas son fond
y que ninguno puede vadearla                                    Et que personne ne peut la passer à gué
aunque es de noche.                                                      Malgré la nuit.

Su claridad nunca es oscurecida                                Sa clarté jamais ne s’obscurcit
y sé que toda luz de ella es venida                              Et je sais qu’elle est à l’origine de toute lumière
aunque es de noche.                                                      Malgré la nuit.

Sé ser tan caudalosos sus corrientes,                        Je sais que ses courants sont si puissants
que infiernos, cielos riegan y a la gente                   Qu’ils arrosent enfers, cieux et êtres
aunque es de noche.                                                       Malgré la nuit.

El corriente que nace desta fuente                              Le courant qui naît de cette fontaine,
bien sé que es tan capaz y omnipotente                    Je connais son ampleur et sa toute-puissance
aunque es de noche.                                                       Malgré la nuit.

El corriente que de estas dos procede                        Du courant qui procède de ces deux sources
sé que ninguna de ellas le precede                             Je sais qu’aucune ne le précède
aunque es de noche.                                                       Malgré la nuit.

Aquesta eterna fuente está escondida                        Cette fontaine d’éternité est cachée
en este vivo pan por darnos vida                                 Dans ce pain de vigueur car il nous donne la vie
aunque es de noche.                                                       Malgré la nuit.

Aquí se está llamando a las criaturas                        D’ici, on appelle toutes les créatures
y de esta agua se hartan, aunque a oscuras             Elles boivent de cette eau à satiété, malgré l’obscurité,
porque es de noche.                                                         Parce qu’il fait nuit.

Aquesta viva fuente que deseo                                      Cette vive fontaine que je désire
en este pan de vida yo la veo                                         Je la vois dans ce pain de vie
aunque es de noche.                                                        Malgré la nuit.

En quittant ce lieu de paix, j’ai caressé le tronc de l’arbre. Je l’avoue, j’étais un peu jalouse. Il connaît le poète bien mieux que moi, sans doute ce dernier lui a-t-il parlé et confié ses soucis ou joies. Il est le témoin de sa présence, de son absence aussi.







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire